Le TOUR DE BELLE-ILE plaît toujours autant !

Le TOUR DE BELLE-ILE 2015 s’annonce sous de bons auspices : la situation météo devrait ainsi être favorable samedi prochain et peut-être propice à un nouveau record, tandis que la participation est toujours au rendez-vous, avec la présence cette année, aux côtés des très nombreux amateurs, de spectaculaires bateaux volants. Romain Pilliard, organisateur de la course, fait le point.

Comment s’annonce ce huitième TOUR DE BELLE-ILE au niveau de la participation ?
“Nous sommes stables en nombre de bateaux participants avec plus de 460 bateaux inscrits à trois jours du départ samedi. C’est un point positif, cela veut dire que le TOUR DE BELLE-ILE plaît toujours autant. Au niveau des équipes professionnelles, nous avons cette année de très belles participations, avec notamment Paul Meilhat qui étrenne son nouveau SMA en IMOCA avec toute l’équipe de direction, également des teams qui viennent clairement pour gagner en multicoque, comme Groupama ou Groupe Edmond de Rothschild qui auront plusieurs trimarans « volants » à foils, les multicoques de 70 pieds, Oman Sail de Sidney Gavignet et Paprec de Jean-Pierre Dick, ainsi que le Chinois Go Chuan sur Qingdao (ancien IDEC) et le tenant du titre, Alain Gautier sur son ancien Orma Sensation Océan – Urgo. Cela promet un beau spectacle avec toujours une variété entre multicoques et monocoques, entre teams pros et amateurs, qui fait le succès de l’épreuve.”

Quels changements peut-on attendre au niveau de l’organisation ?
“Comme chaque année, nous apportons plein de petites améliorations. Depuis la première édition, en 2008, nous avons réussi à installer un concept qui marche et plaît aux gens, ce qui est très important pour nous, c’est sa mise en œuvre. Nous attachons une attention particulière à tous les détails dès l’ouverture des inscriptions en décembre. Cette année, nous avons créé le Record du TOUR DE BELLE-ILE Offshore sur Virtual Regatta, il a réuni 15000 participants de décembre à mai. Nous avons aussi amélioré le système d’inscriptions pour rendre les démarches toujours plus faciles et de façon à ce que les participants aient une bonne appréhension de l’événement dès le moment de leur inscription. Nous allons également développer l’aspect convivial, qui nous tient vraiment à cœur, avec des nouveautés sur la soirée du vendredi pour que les gens profitent encore davantage du week-end et des petites surprises sur celle de samedi qui est un moment fort du TOUR DE BELLE-ILE. Le but est que tout le monde garde un très bon souvenir de son séjour. Nos partenaires nous aident pour faire de cet événement une réussite, comme Land Rover qui est à nos côtés depuis trois ans, mais aussi ceux qui nous rejoignent cette année, comme la marque de vêtements Tudy, qui nous a fait une très belle collection, et la société Dream Yacht Charter, qui offrira une très belle croisière de luxe à un participant tiré au sort.”
A quelle « sauce météo » seront mangés les 3000 participants samedi à 10h ?
“A trois jours du départ, rien n’est encore très établi. Le début du mois de mai a été très turbulent avec un passage désastreux la semaine dernière. Hier encore, nous avions des craintes, mais aujourd’hui, la situation va en s’améliorant : nous attendons un flux de sud-ouest de 20-25 noeuds en milieu de matinée. Le vent tournera progressivement à l’ouest-nord-ouest et mollira ensuite au fil de la journée avec 13 à 15 noeuds dans la soirée. Je pense que les teams pros, et les amateurs aussi, se régalent d’avance. Des équipes comme Groupama ou Groupe Edmond de Rothschild, avec leurs bateaux volants, aimeraient bien mettre le record dans leur escarcelle, c’est peut-être une année à record !”

La brise devrait être au rendez-vous, donc le dispositif de sécurité aussi ?
“Bien sûr, quelles que soient les conditions, ce qui nous importe avant toute chose, c’est la sécurité de tous. Nous mettons en place un gros dispositif de surveillance évolutif, avec seize bateaux sur l’eau qui suivent la flotte, ils seront bien identifiés avec des pavillons orange et des pilotes en chasuble de couleur fluo. Les gens se sentent en sécurité quand ils viennent sur la course, ils peuvent aller sereinement faire une belle navigation derrière Belle-Ile, même dans des conditions soutenues. Ils savent que nous sommes là, nous l’avons prouvé l’année dernière en récupérant rapidement un équipier tombé à l’eau. Nous avons en outre demandé aux bateaux un peu spécifiques et très rapides comme le GC32 de Gitana ou l’AC45 de Groupama d’avoir leur propre bateau de sécurité au cas où un équipier tomberait à l’eau.”

Le TOUR DE BELLE-ILE soutient Tara Expéditions cette année, pourquoi ?
“Tout simplement parce que l’aspect environnemental a toujours été très important pour nous. Cela passe par de petits gestes comme mettre des pavillons dans le pataras sur les bateaux participants plutôt que des adhésifs de coque qui se décollent souvent et traînent dans l’eau, distribuer à chaque équipage des cendriers de poche et des sacs poubelles… 3000 personnes viennent participer, de nombreux visiteurs passent au village, notre objectif est de limiter au maximum l’impact écologique du TOUR DE BELLE-ILE. Après, pourquoi Tara en particulier ? Parce que l’association prône des valeurs qui nous sont chères, à travers ses nombreuses expéditions scientifiques destinées à mieux comprendre et protéger les océans. Le départ sera donné par Romain Troublé, le président de la Fondation, depuis la célèbre goélette construite par Jean-Louis Etienne qui servira ensuite de bateau comité sur la ligne d’arrivée.”