Boissières: “Une fête et une régate”

Fidèle du Tour de Belle-Ile, Arnaud Boissières ouvre sa saison Imoca par cette sixième édition, un peu moins de trois mois après avoir coupé la ligne d’arrivée du Vendée Globe à la huitième place. “C’est agréable de venir à La Trinité sous le soleil, confie-t-il vendredi. Le Tour de Belle-Ile marque le début de la saison maritime, il y a beaucoup de bateaux, ça promet un beau spectacle, mais il faudra être vigilant”. Pour le skipper aquitain, le Tour de Belle-Ile revêt deux aspects: “C’est d’abord une fête, un moment convivial, un beau rassemblement avec des bateaux de toutes catégories, mais aussi une régate aussi parce qu’on a envie de se tirer la bourre.”

Ce qu’il a d’ailleurs fait lors de la cinquième édition courue en 2012: “L’année dernière, on s’était fait avoir par le TP52 Paprec-Recyclage, c’était rigolo, parce que c’étaient deux bateaux complètement différents, mais on s’était pris au jeu de la régate, c’était super plaisant. Samedi, il y aura donc de la revanche dans l’air et il va finir derrière nous, comme ça, ça fera 1-1 et on sera obligés de revenir l’année prochaine !”

Le skipper d’Akena Vérandas, qui envisage de s’aligner en 2016 au départ de son troisième Vendée Globe consécutif, est également un fidèle de l’opération Appel d’Air, puisqu’il a pris l’habitude chaque année de faire visiter son 60 pieds Imoca aux enfants hospitalisés accueillis sur le Tour de Belle. Une démarche naturelle pour lui: “Depuis toujours, ça me tient à cœur parce que j’ai eu moi-même des problèmes de santé quand j’étais plus jeune. Je considère que c’est un privilège de vivre de ma passion et j’essaie de le faire partager aux jeunes qui sont en difficulté, ça donne encore plus de sens au fait de naviguer au large. J’espère qu’ils partiront avec un beau souvenir.”